Pratique médiatique : la catch-up radio

La catch-up radio,  souvent prononcée « Ketchup », correspond à l’écoute en différé sur Internet d’émissions déjà diffusées sur les ondes.  Ses contenus sont aussi qualifiés de « programmes de rattrapages ».

Les médias connaissent une véritable  métamorphose structurelle  par la délinéarisation des programmes (catch-up TV , catch-up Radio, VOD). On assiste à une profonde modification de la temporalité. Les programmes de rattrapage, que ce soit de télévision ou de radio, permettent de mettre le film du monde médiatique sur pause et de prendre le temps de la réflexion. C’est un luxe dans une société où l’instantanéité, la rapidité, l’obsolescence sont la norme.

La catch-up radio peut représenter un outil pour s’extraire de l’instantanéité de ce média de flux qu’est la Radio. Ce qui fait dire à Jean-Paul Cluzel, président de Radio France : « La radio passe de média de flux à média à la demande ». De fait, la catch-up radio constitue une pratique médiatique émergente.

Médiamétrie-eStat a publié le 16 décembre 2009 une étude sur la Radio de rattrapage. C’est la première du genre.

Les premiers résultats portent sur le mois de novembre. La mesure des podcasts se fait en nombre de téléchargements. Et la mesure du streaming différé se fait en nombre d’heures d’écoute.

En novembre, 13,230 millions de podcasts furent téléchargés par les Français, et 181 626 heures de streaming différé furent écoutées.

Pour ce qui est des podcasts, les Français téléchargent en priorité des contenus de divertissement, de culture puis d’information. Ce succès peut s’expliquer en partie par le fait que les podcasts de divertissement ont des formats beaucoup plus courts que les autres programmes (par exemple le podcast de la « Revue de presque » de Nicolas Canteloup sur Europe1).

En ce qui concerne le streaming différé, l’ordre change : les contenus sportifs sont privilégiés, puis informationnels. Et la culture arrive loin derrière.

Pour les podcasts, France Inter est 1er du classement avec 3, 728 millions de téléchargements. Pour le streaming différé c’est RMC qui est en tête avec 98 250 heures écoutées.

Les radios musicales n’apparaissent pas en haut du classement car elles ne sont pas adaptées à l’écoute de rattrapage, contrairement aux radios culturelles qui peuvent mettre en ligne des émissions parlées.

Cependant, la catch-up radio n’est encore qu’une pratique marginale. Fin 2008, elle ne représentait que 0,5% de la consommation radio quotidienne. Mais la création d’une telle étude Médiamétrie traduit la nécessité pour les radios de monétiser leurs contenus web et de démarcher les annonceurs. De plus, l’étude anticipe l’émergence d’une nouvelle pratique culturelle des Français qui correspond à une tendance de fond : la montée de la culture numérique.

Auparavant l’apparition d’un nouveau média venait compléter les précédents. Aujourd’hui, le média Internet est capable d’en supplanter d’autres. Ainsi, le rapport D’Olivier Donnat sur Les Pratiques culturelles des Français à l’ère numérique, paru le 14 octobre 2009, révèle un recul de la consommation de la télévision et de la radio chez les jeunes générations connectées, qui consacrent plus de temps à l’Internet. Olivier Donnat explique que « L’ampleur de la baisse est encore plus marquée pour la radio qui a subi la concurrence de nouvelles manières d’écouter de la musique ou de s’informer en ligne (sites d’écoute en streaming, blogs…). »  Internet est un catalyseur. 40% des CSP+ consultent des sites d’information en ligne.

Cette nouvelle pratique médiatique qu’est la catch-up radio pourrait s’intensifier en venant compléter la routine journalière des internautes, et combler au passage la baisse d’écoute de la radio sur les ondes.

5 Comments

  1. VQ:

    J’aime bien les gens qui enchaînent plein de mots compliqués que les futurs lycéens privés d’Histoire seront incapables de comprendre.
    temporalité-délinéarisation-instantanéité-obsolescence-informationnel

    on va bien s’entendre :D

    bonne pérennisation

  2. Analyse très pertinente =)
    Mention spéciale à l’image de la « Ketchup Radio »!

  3. Jo:

    Article intéressant, riche en informations. Bon mag continuez comme ça !!
    Effectivement l’image « Ketchup Radio » est bien trouvée.

  4. Dom:

    Brillant !!
    je regarderais différement mon ketchup ….

  5. chrissim:

    Réponse à VQ: ces mots existent , il n’est pas interdit d’apprendre à les connaître et voir même un jour de les utliser. ce n’est pas parce qu’on est jeune qu’on est borné.

Post a Comment

*
* (will not be published)