Je m’appelle Nicolas Anelka

Moi, je m’appelle Nicolas Anelka. Je suis footalleur professionnel. J’ai joué dans les meilleurs clubs d’Europe. Je suis riche. Je suis fort. J’ai raison.

A 16 ans, j’ai commencé au Paris-Saint-Germain, mais à 18 ans j’ai signé à Arsenal parce qu’à Paname l’entraîneur était nul. Après deux saisons durant lesquelles j’ai montré à toute l’Europe que j’étais le nouveau Ronaldo en meilleur je décide de partir pour le Real Madrid. Pourquoi le Real ? Parce qu’il me propose beaucoup d’argent et parce que je vais pouvoir y gagner la Coupe d’Europe. Y a même Puma qui me propose de changer mon nom nom en marque (Anel2K). Bien avant cet arrogant de Cristiano Ronaldo.

En équipe de France ce vieux paysan d’Aimé Jacquet ne me sélectionne pas pour la Coupe du monde 98 alors que je suis plus fort que Dugarry. Pfff. Je m’en fous je ne regarderai même pas les matches. Et puis j’aurai le temps pour passer mon permis.

Au Real, l’entraîneur (Vicente Del Bosque) est nul et ne m’utilise pas comme il faudrait. C’est pour cela que je ne marque pas de buts. En plus les gens parlent une langue bizarre que je n’ai pas envie d’apprendre, et les joueurs ne m’aiment pas. Ils doivent sûrement être jaloux de mon talent. Je me mets en grêve d’entraînement pendant 5 jours. Je suis un précurseur, toujours en avance sur mon temps. Personne ne me comprend de toute façon.

Je retourne au PSG après un an au Real, je vais pouvoir revoir mes potes de Trappes. En plus à Paris on me veut vraiment, le club m’a racheté 40 fois le prix qu’il m’avait vendu trois ans auparavant. Malheureusement, avec mon pote Luis Fernandez on ne se comprend plus, il ne sait pas ce qu’il veut Luis. Je crois que même lui il ne se comprend pas. Il faut que je retourne en Angleterre, là-bas au moins on sait ce que je vaux. Sauf Gerard Houiller qui ne veut pas me garder à Liverpool. Du coup je signe à Manchester. L’autre Manchester. Et tout ça bien avant que ce soit un club qui ait les moyens d’acheter des bons joueurs. En Angleterre ça se passe plutôt bien et je recommence à marquer des buts. Je me sens bien. Pour ce qui est de l’équipe de France, j’ai plus envie d’y aller. Jacques Santini n’a qu’à « s’agenouiller » s’il veut me revoir en Bleu. Et puis la France « c’est un pays hypocrite, [...] moi je ne veux pas payer aux impôts 50% de ce que je gagne. » A Manchester City je suis le meilleur, mais bon, ça reste une équipe de coiffeurs. Il me faut un grand club. C’est raté. Je pars en Turquie à Fenerbahce.

En équipe de France il y a enfin un sélectionneur intelligent et visionnaire qui fait appel à moi. Raymond Domenech. Cependant il ne m’emmène pas à la Coupe du monde 2006. Ca fait trois d’affilée que je rate. Tant pis. Au moins je jouerai celle de 2010, histoire de finir en beauté.

En Turquie ça se passe bien, mais il faudrait peut-être que je me trouve un vrai club. A la hauteur de mon talent. A ma dimension. Raté. Je signe à Bolton en 2006. Heureusement en 2008 il y a la Coupe d’Afrique, et comme à Chelsea ils ont la moitié de leur équipe qui est africaine, ils ont besoin d’un renfort. Ce sera moi. A 29 ans j’ai enfin trouvé un club qui va me permettre de m’exprimer au plus haut niveau. Je commence comme remplaçant mais le 21 mai 2008 à Moscou, ma chance est venue. Je rentre à la 99e minute de la finale de la Ligue des Champions, j’ai l’occasion de donner le premier titre européen majeur à mon club. Raté. Je rate mon pénalty et élimine mon équipe. J’étais pas chaud.

Pendant l’année 2008-2009 je monte en puissance, je finis meilleur buteur du championnat d’Angleterre. Je suis redevenu une star. J’ai la confiance de Domenech, même si je n’aime pas beaucoup sa maman. Mais ça je le lui dirai à la mi-temps de France-Mexique, Coupe du monde 2010. Mon requiem.

Ils n’ont qu’à me virer, je m’en fous. Leurs primes je les garde, j’en fais ce que je veux. Je suis footalleur professionnel. J’ai joué dans les meilleurs clubs d’Europe. Je suis riche. Je suis fort. J’ai raison.

5 Comments

  1. Kinect:

    C’est assez drôle car en regardant évoluer son jeu, on s’aperçoit que son côté nombriliste des débuts (donne moi la balle et je vais marquer) c’est effacer au profit d’un rôle plus d’animateur de jeu, de courroie de transmission, il s’est mis au service de son équipe. (On change entre 20 et 30 ans)

    Ps: Dans le genre  » moi je  » avec un ego surdimensionné Thierry Henry aurait été une bien meilleure cible qu’un pauvre Nicolas Anelka, bouc émissaire de tous les maux du football français et tête de Turc des journalistes.

    On est plus face a un garçon introverti qui a du mal à s’exprimer qu’un « moi je » tout puissant.

    ( Difficile de ne pas apporter sa pierre à la lapidation collective des personnalités ne rentrant pas dans le moule )

    Sportivement votre et bonne fête :)

  2. Bonjour,

    « Rôle d’animateur de jeu » est très exagéré je trouve. Disons qu’il est désormais davantage un électron libre autour de Drogba qu’une vraie pointe seule devant comme lors de ces débuts. Mais il est incapable de rendre ses coéquipiers meilleurs comme le suggérerait une telle qualification de « meneur de jeu ». D’une manière générale il est incapable de se mettre au service d’un collectif comme le démontre toute sa carrière, et comme le démontre son refus d’obéir aux consignes de son entraîneur à la Coupe du monde. Excuser son nombrilisme et sa bêtise par le fait qu’il serait incompris est une erreur selon moi. Il s’est construit une image de rebelle maudit, alors qu’il n’est rebelle que face aux fisc, à la notion de collectif, et à l’intelligence.

    Je ne suis pas d’accord sur Thierry Henry non plus. Car après l’épisode de sa main face à l’Irlande tout le monde s’est jeté sur lui et a très vite accablé celui qui a sauvé l’équipe de France mille fois, pour un geste que n’importe quel joueur aurait fait. Quant à son soi-disant « ego surdimensionné », je pense qu’il est surtout surdimensionné par ceux qui ne l’apprécient pas. Il n’a jamais fait de déclarations aussi abyssalement stupides que son compère de l’INF Clairefontaine. Enfin le palmarès exhaustif de T. Henry pourrait même lui permettre d’être arrogant. Ce qu’il n’est pas je pense.

    Sur la personnalité de Nicolas Anelka, je vous conseille la lecture d’un article des « Cahiers » :
    http://www.cahiersdufootball.net/article.php?id=3729

    Sportivement,

    Aurélien ROS

  3. Kinect:

    Merci Aurélien de ta réponse et de ta suggestion d’article.

    Pour clarifier mon propos, le petit reproche que je faisais à ton post c’était d’enfoncer une porte ouverte où tout le monde fait déjà la queue. De nous resservir à ta sauce un article « des cahiers du football », moyen intéressant.

    Tu as peut-être pensé Anelka archétype du « moi je » dans le football après sa dernière saillie au sujet des primes ( en matière de « moi je » Desailly était pas mal non plus).

    Mais encore une fois malgré tes explications, j’ai un doute sur ta démarche. Lorsque tu dis « incapable de rendre ses coéquipiers meilleurs », je t’invite tout de même à voir son palmarès et à le regarder jouer sur le terrain.

    Ensuite tu dis : « D’une manière générale il est incapable de se mettre au service d’un collectif comme le démontre toute sa carrière, et comme le démontre son refus d’obéir aux consignes de son entraîneur à la Coupe du monde »

    Heureusement que tu nommes pas le nom de l’entraineur. Je vais le faire à ta place Raymond Domenech. Je veux juste signaler ici, que « le rebelle maudit » entre souvent en rébellion face à des entraineurs dont la compétence est plus que discutable (sauf pour Del Bosque qui n’en avait pas vraiment besoin)

    Pour Thierry Henry mea culpa, c’était presque hors sujet mais aujourd’hui « ton sauveur de la France » celui a qui on doit le Fiasco en Afrique du Sud car sans sa main tragique, on aurait pu s’éviter cette Coupe du monde. Aujourd’hui, c’est enterré dans le mutisme et une haine contre la France et les journalistes. A l’image d’un Desailly, Thuram, il a raté sa sortie. Il n’avait plus le niveau mais son ego proportionné à son passé de grand jouor comme dirait Luis Fernandez lui a dit de continuer.(Par amnésie je ne parlerai par de l’épisode du bus avec Nasri http://www.sofoot.com/henry-vs-nasri-la-suite-commentaires-110973-news.html)

    Bref, on pourrait en parler des heures. Mais je te conseille d’aller au-delà de ce que « La sphère médiatique dit » et peut être analyser les entretiens de ses coéquipiers, des entraineurs compétents enfin nous relater le  » vrai sport « , pas celui de journaleux en quête de sensationnel. On peut faire ça ailleurs que sur Tout ça.

    Joyeux Noël à tous et à Tout ça :)

  4. La « dernière saillie » d’Anelka ne fait que s’ajouter à la liste de ses sorties regrettables : Sur le fait d’être noir en France, sur le fait que l’on s’en prend toujours aux musulmans (lui et Ribéry) et pas au petit blanc (Gourcuff), sur le fisc, sur Santini, sur Raul, sur tout sauf sur son incapacité à se remettre en question, notamment à la suite du fiasco sud-africain dont il est un grand artisan, et non une victime comme il tend à le faire croire avec couardise.
    Raymond Domenech, je n’ai aucun problème à citer son nom, a échoué gravement sur le management humain, mais il est erroné de juger sa tactique, puisque justement l’élément principal de son système offensif ne l’a pas appliquée.

    Ray Do aurait eu sa place dans la thématique de la semaine au demeurant.

    Je ne crois pas à la théorie de l’éternel incompris, ni à l’incompétence chronique des entraîneurs, bien que je reconnaisse le talent immense d’Anelka. Je suis presque triste de voir à quel point il a régulièrement gâché ses capacités et ses perspectives en bleu comme en club en s’enfermant dans ce personnage fat.

    D’autre part, qui a dit que sans la main d’Henry la France n’allait pas en Afrique du Sud ? C’est un raccourci qui n’est pas exact.
    Je ne pense pas que Henry soit responsable du fait qu’il ait été sélectionné non plus. Il n’a pas vraiment raté sa sortie, puisqu’il n’en pas eu. Quant à se plaindre de son mutisme, c’est étrange alors que l’on se plaignait il y a peu de son arrogance…

    En bref, on pourrait en effet en débattre des heures, et ce n’est pas l’objet ici.

    Cordialement et sportivement,

    Aurélien ROS

  5. Kinect:

    Je ne suis toujours pas d’accord avec toi mais en effet, j’aurais bien vu un « moi je », spécial Raymond Do ou Mourinho ou Cristiano.

    Leurs histoires personnelles et sportives méritent plus une analyse que celle d’Anelka.

    Sportivement votre,

    Kinect c’est moi la manette et peut être sous les pieds de votre sapin :)

Post a Comment

*
* (will not be published)